AKKA.IS.online.fr

 

 

 
Une loi-cadre contre les violences sexistes et sexuelles au travail et dans la vie.

80% des femmes disent être victimes de sexisme au travail, 20% de harcèlement sexuel au travail, 10 viols ou tentatives de viol ont lieu chaque jour en France sur un lieu de travail. 70% des victimes disent ne pas en avoir parlé à leur supérieur. Quand elles l’ont fait, 40% d’entre elles estiment que le règlement leur a été défavorable (elles ont été mutées, placardisées, voire licenciées).

En moyenne, 223 000 femmes sont victimes de violences au sein du couple par an. La première conséquence est souvent la perte de l’emploi de la victime, ce qui ajoute à la violence physique la précarité et donc la dépendance économique vis-à-vis de l’agresseur. Pourtant, les violences sexistes et sexuelles ne sont pas un sujet de dialogue social dans l’entreprise, rare sont celles qui ont pris des mesures de prévention.

Avec les associations féministes, la CGT propose l’adoption d’une loi cadre contre les violences faites aux femmes. A l’échelle internationale, avec la Confédération Syndicale Internationale, la CGT demande l’adoption d’une norme OIT contraignante contre les violences sexistes et sexuelles.


Stop sexisme et violences Stop sexisme et violences


<<Premier <Précédent | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | Suivant> Dernier>>