AKKA.IS.online.fr

 

 
 
Le blog du Délégué du Personnel AKKA I&S et Ile De France  élu cgt

 

Site d'information et d'expression des salariés


 
Les sujets abordés en réunions DP (questions DP/réponses de la direction) sont indiqués sur ce blog à chaque nouvelle réunion. L'intégralité des questions/réponses est transmise aux salariés de AKKA Coframi qui en font la demande ou peut être affichée sur les panneaux des Délégués du Personnel.
 
Les comptes-rendus de réunion des Délégués du Personnel, les communiqués du Comité d'Entreprise et autres documents sont notamment accessibles dans la rubrique Documents (inscription requise).
 
Pour consulter les articles et documents d'archives, vous devez vous identifier.
 
Sondages et Forum de discussion également disponibles sur le site.
 
Cliquez ici pour vous enregistrer.
 

 

 

 

 

 

 

Toute ressemblance avec AKKA serait un pur hasard...

Parce que bien souvent les dirigeants, les managers, ne défendent pas les salariés quand un marché et l'argent sont en jeu.
 
Dans la majorité des cas, celui, ceux ou celle(s) qui portent des accusations contre un manager ou des pratiques de l’entreprise signent leur arrêt de mort. C’est ainsi.(*)
Les entreprises, bien que prétendant le contraire, ne supportent pas la critique, la remise en cause, le courage (le vrai) et la solidarité entre les salariés.
La seule remise en cause acceptée est celle qui vient d’en haut et dont l’objectif est, bien souvent, soit de critiquer diplomatiquement l’équipe dirigeante précédente, soit de faire un mea culpa hypocrite parce que l’entreprise se trouve éclaboussée par un scandale.
Les salariés, eux, doivent adhérer aveuglément à l’entreprise, ses valeurs (celles affichées sur des posters, pas les vraies), ses objectifs, ses méthodes.
Critiquer ou mettre en cause un manager, une méthode, un process, un outil, c’est remettre en cause l’entreprise et sa capacité à promouvoir les bonnes personnes, à appliquer des méthodes saines et éprouvées, à choisir des outils adéquats. Ces personnes ont fait preuve, à une autre échelle, du même courage que les lanceurs d’alerte. Elles représentent donc un danger potentiel. Pire encore si elles ont agi en groupe. L’entreprise est une créature totalitaire qui ne supporte pas qu’il puisse exister un lien de solidarité entre les salariés, la seule loyauté autorisée est celle envers elle-même.

Source : Didier Bille - La machine à broyer - Recruter, casser, jeter.

(*) Contactez vos représentants du personnel, ne restez pas seuls, des solutions existent pour vous défendre et dénoncer les mauvais managers et dirigeants !
 



 

 

 


Toute ressemblance avec AKKA serait un pur hasard...

Les vendeurs de labels, de chartes, de certifications (Top Employer, Great Place to Work, Label Diversité, Divers Cité...)

Ces instruments, censés certifier le caractère exemplaire d’une entreprise dans un certain domaine relevant de la RH, ne sont en fait que des pourvoyeurs de bonne conscience et d’alibi. Certaines entreprises éprouvent le besoin de s’acheter une virginité, d’autres ont compris qu’elles tenaient toutes le même discours face aux candidats et qu’il fallait donc se différencier. Ainsi, L’Oréal, Michael Page, la SNCF, Adecco, la BNP sont devenus des chantres de la diversité et de la tolérance, juste après avoir été pris les doigts dans le pot de confiture dans de pitoyables histoires de discrimination.

Comme évoqué, toutes les entreprises affichent les mêmes valeurs :
- innovation et ses déclinaisons : imagination, créativité, etc. ;
- collaboration, aussi connue sous les noms de : esprit d’équipe, partage, inclusivité, entraide, solidarité, etc. ;
- autonomie : liberté, esprit d’entreprise, initiative, etc. ;
- respect : intégrité, équité, honnêteté, diversité, ouverture d’esprit, etc. ;
- méritocratie : ambition, performance, outperformance, excellence, etc.
Et les derniers venus, en fonction des modes et de l’actualité : convivialité, humanisme, humilité (alias simplicité), éco-responsabilité, éco-citoyenneté, etc.
Personne n’étant dupe de ces valeurs qui ne s’affichent le plus souvent que sur des posters, il existait donc un potentiel pour s’en mettre plein les fouilles en proposant des certifications externes, donc perçues comme neutres, et fondées, du moins en apparence, sur une méthode transparente.
Hélas, ces vendeurs de labels sont en fait des agences marque-employeur 68 qui participent aux campagnes de médiatisation d’entreprises souhaitant travailler leur marketing de réputation.
Un audit pour vous dire que vous êtes bien mais que vous pouvez vous améliorer, suivi d’une proposition d’offre payante pour vous aider à atteindre votre potentiel : est-ce l’Église de scientologie ? Non. Les témoins de Jéhovah ? Non. C’est Great Place to Work®, le méga kif de l’endauffe.
« Entreprise dans laquelle c’est génial de travailler. » D’aucuns pourraient croire que ce logo est un graal difficile à atteindre. Que nenni, il suffit de signer un chèque. Mais rassurez-vous, GPW accepte aussi les virements, les CB et le cash. Dès qu’une entreprise est cliente, elle peut utiliser ce label Great Place to Work® sur ses publications, son site Web, ses cartes de visite.
Car la première étape à la labellisation, c’est payer. Rien que cela suffit à jeter le doute sur l’objectivité du processus.

Seconde étape : comme on n’est jamais si bien servi que par soi-même, une grande partie de la certification (quand ce n’est pas la totalité) sera liée aux déclarations de la fonction RH. Le reste du processus inclura des questionnaires à des salariés souvent choisis partiellement ou totalement par l’employeur. Le tout sera ensuite retravaillé, pondéré et remanié dans une boîte noire, en toute opacité, pour permettre la délivrance du label vilement payé.
Bien entendu, l’entreprise sera auditée, mais no stress, quel que soit le résultat, l’usage du label demeurera acquis tant que le client sera à jour de cotisation. À la suite de l’audit, GPW proposera des formations, des outils d’évaluation des managers, des conférences, séminaires ou autres petits déjeuners. Si une entreprise est cliente seulement dans le cadre d’une formation, le label lui sera aussi attribué.
Comme si, pour maigrir, il suffisait d’acheter un livre sur le sujet, ou que visionner un film de Rocco Siffredi faisait de vous une sex machine 69. Pour que cette escroquerie intellectuelle ne soit pas trop évidente, GPW établit régulièrement un classement qui reprend toutes les entreprises clientes. En bonne gentleman company, Great Place to Screw 70 ne publiera que les mieux classées (85 en 2017 71). Face à ces 85 entreprises qui ont soit sincèrement à coeur le bien-être de leurs salariés, soit utilisé les failles béantes du système, des centaines d’autres peuvent se prévaloir de la certification sans avoir à fournir la moindre preuve, sans avoir à se remettre en question.

Source : Didier Bille - La machine à broyer - Recruter, casser, jeter.




 
| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant> Dernier>>


 

Le Délégué du Personnel
AKKA I&S Coframi
akka.is@online.fr



 
Le site web du CE Coframi de AKKA I&S
 
www.ce-coframi.com
 
- lien -
 CE

 
 
Le site web du CE AKKA Informatique et Systèmes
 
www.ceakkais.com
 
- lien -
 CE

 
 
Le site web du CE AKKA Ingénierie Produit
 
ceakkaproduit.chez.com
 
- lien -
 CE

 
 
Le site web du CE AKKA Ingénierie Process
 
www.ce-akka-process.fr
 
- lien -
 CE

 
 
Le site web des IRP EKIS
 
www.irpekis.eu
 
- lien -
 IRP EKIS

 
 
Le site web de la section syndicale CGT AKKA I&S Coframi
 
cgt.akka.is.online.fr
 
- lien -
 AKKA I&S 
 logo CGT

 
 
Le site web de la section syndicale CGT AKKA Informatique et Systèmes
 
cgtakkais.hautetfort.com
 
- lien -
 CGT AKKA IS